En quelques mots…

Le CEID Addictions – Comité d’Étude et d’Information sur la Drogue et les Addictions est une association de loi 1901 fondée en 1972 à Bordeaux.

Ses missions principales consistent en l’accueil et la prise en charge des personnes présentant des problèmes liés à des usages de substances (tabac, alcool et drogues en tout genre), mais également à des pratiques addictives (jeux d’argent, réseaux sociaux, jeux vidéo…).

Son siège social est situé au 24 rue du Parlement Saint-Pierre, 33000 Bordeaux.

Statuts de l'association

Point d'information du CEID Addictions
Toutes nos actions de soin sont financées par l’Assurance Maladie et par l’État. 

Elles sont donc totalement gratuites pour les intéressées.


Aux origines du CEID Addictions

Empreint de son passé de port colonial, Bordeaux fut particulièrement exposé aux problèmes d’addictions dans les années 1970. Fort de ce constat, Maurice Serisé, professeur de santé publique à l’université de Bordeaux, pris les devants. Il proposa à quelques amis et partenaires de fonder un groupement visant à mieux comprendre et faire face au phénomène émergent de la consommation de drogues illicites sur le territoire français.

Historique de la consommation des drogues à Bordeaux

Le CEID Addictions fut ainsi fondé le 20 novembre 1972, comptant aujourd’hui parmi les organismes précurseurs spécialisé en toxicomanie de notre pays.

Bordeaux et les addictions

À l’époque, la petite équipe de bénévoles intervenait principalement dans les rues et les cafés. Ce n’est qu’en mars 1973 à Bordeaux que le premier lieu d’accueil vit le jour, reprenant le modèle des free clinics californiennes. Les usagers accueillis étaient essentiellement amateurs de cannabis et de LSD. Cependant, le développement des usages d’héroïne au sein d’une communauté d’usagers plus vulnérable sur le plan psychologique et social conduisit à une structuration et à une professionnalisation des équipes qui développèrent l’aspect pluridisciplinaire (médical, psychologique, social) qui reste le nôtre encore aujourd’hui.

Dans les années 1980, on nota une consommation croissante des opiacés ainsi que l’irruption du SIDA. Ces événements menèrent, dans un premier temps, à un développement des traitements de substitution aux opiacés au début des années 1990 via une technicité des interventions accrue ainsi que, dans un second temps, une augmentation de la promotion des actions à la réduction des risques. C’est ainsi que le CEID Addictions mis en oeuvre deux programmes :
° Un programme d’échange de seringues en 1995
° Un programme de substitution en 1996

Afin de compléter son dispositif d’offres de soins essentiellement ambulatoires, l’association fonda la communauté thérapeutique de Barsac et repris le centre thérapeutique de Bègles. L’objectif étant de proposer un tout nouveau service d’hébergement thérapeutique aux usagers.

Enfin, l’association n’a plus limité son champ d’intervention aux seules toxicomanies et drogues illicites, s’inscrivant ainsi dans une lutte nationale contre toute forme d’addiction. En effet, le CEID Addictions s’est développé dans d’autres régions et territoires tels la Dordogne, le Béarn ou encore la Soule par fusion avec des associations locales.

Ainsi, l’ensemble de nos CSST – Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanies sont devenus des CSAPA – Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie.